Pour la fête nationale, nous avons choisi de donner la parole au seul étranger jamais élu (à notre connaissance) au Conseil municipal de La Madeleine, Roberto RINALDI. En quatre questions, voici le regard et le point de vue d’un Italien sur notre fête nationale :

1) En tant que citoyen européen de nationalité italienne, que représente le 14 juillet pour toi ?

Comme je n’ai pas encore la nationalité française, j’ai un rapport encore un peu distant avec le 14 juillet. J’ai souvent le sentiment d’y participer en tant qu’observateur extérieur. J’ai hâte de pouvoir dire que cette fête est aussi la mienne.

2) Cela fait plusieurs années que tu vis en France et tu as déjà pu participer aux festivités liées aux 14 juillet. Qu’est-ce que tu penses de la manière dont les Français célèbrent leur fête nationale ?

J’avoue ne pas bien comprendre pourquoi les défilés militaires ont une telle importance. En Italie aussi la fête nationale est toujours marquée par des défilés militaires et je ne comprends pas l’intérêt, en temps de paix, de montrer à ce point sa force militaire.

En ce qui concerne la France, c’est véritablement une source d’étonnement pour les étrangers car ça n’a pas grand chose à voir avec la prise de la Bastille… Enfin je crois. 

En revanche, j’aime beaucoup la tradition des bals populaires. C’est vraiment un plaisir de pouvoir participer à ces moments de bonheur partagé et de fête. J’ai hâte de pouvoir renouer avec ces moments dès que la pandémie sera derrière nous.

3) Si tu étais en charge des festivités du 14 juillet à La Madeleine, qu’est-ce que tu tenterais de mettre en œuvre ? 

J’en profiterais pour rendre hommage à toutes les Madeleinoises et Madeleinois qui se sont distingué.e.s au cours de l’année écoulée et qui ont particulièrement contribué à donner du sens et à rendre plus concrète la devise de la France : liberté, égalité, fraternité. Cela permettrait de valoriser des personnalités très diverses et des métiers très variés. Je pense par exemple aux éducateurs spécialisés ou aux travailleurs sociaux du foyer Revivre ou encore à des avocats comme Franck Berton qui ont permis la libération de Bagui Traoré.

4) Et en Italie, comment se passe la fête nationale ?

Ça se passe le 2 juin et c’est surtout la naissance de la République que l’on fête, quand le 2 juin 1946 les Italiens ont voté par référendum pour dire oui à la République et non à la monarchie (qui était entachée par ses liens avec le fascisme).

Le même jour en France il y avait apparemment un vote pour élire la seconde assemblée constituante de la IVe République. Je souligne ce point car j’y vois un lien supplémentaire entre mon pays et celui qui m’accueille.

Toutes et tous les élu.e.s du groupe Agir pour l’Avenir vous souhaitent une belle célébration, dans le respect de gestes barrières, de la fête nationale du 14 juillet !