Depuis plus d’un an, la liste d’initiative citoyenne « Agir pour l’avenir » est représentée au Conseil Municipal de La Madeleine, forte de ses 35% des suffrages exprimés aux dernières élections municipales. Lors de cette campagne électorale, le Maire sortant avait déclaré, lors d’un facebook live, vouloir faire une campagne « projet contre projet » pour laisser le choix aux électeurs Madeleinois. Lors du conseil municipal d’installation de ce nouveau mandat, le Maire avait également souligné son souhait d’avoir un « dénominateur commun à l’ensemble des membres du Conseil Municipal, toutes listes et tendances confondues » celui de « servir La Madeleine et l’ensemble de ses habitants ».

Le groupe « Agir pour l’Avenir » se réjouissait alors de trouver un interlocuteur souhaitant s’engager dans une bataille d’idées, sereine et honorable en toute honnêteté et transparence en lui assurant que notre groupe s’attacherait à « formuler des propositions constructives dans l’intérêt des Madeleinoises et Madeleinois et soutiendrait les initiatives de la majorité actuelle si elles étaient compatibles avec les valeurs du groupe Agir pour l’Avenir ».

C’est pourquoi au fil des semaines qui suivirent, nous fumes surpris de constater que le groupe majoritaire engageait une campagne rhétorique de dénigrement du groupe Agir pour l’avenir en les qualifiant systématiquement de manière péremptoire. Ainsi, les termes employés par la majorité municipale dans la tribune du « Magdeleine » pour qualifier les propos de notre groupe sont toujours empruntés au vocabulaire policier ou juridique, qualifiant l’accusé d’un crime :« Flagrant délit de contradiction ; Responsabilité coupable ; Indécence des propos ; Liste Noire, Ignorance coupable … ».

Est-ce un crime d’émettre une opinion différente de celle de la majorité ? Est-ce en ces termes que l’on pratique une joute verbale « projet contre projet » ? Est-ce ainsi que l’on respecte la pluralité des opinions ? Est-ce ainsi que l’on dialogue avec les représentants des 35% de madeleinois ayant fait le choix de porter leur voix auprès d’Agir pour l’Avenir » ?

En cette période de désaffection massive de l’intérêt des citoyens pour la politique et l’engagement, la majorité préfère nier notre initiative citoyenne … en criant au « Citoyennisme-washing qui aura réussi à leurrer quelques électeurs crédules aujourd’hui écœurés d’un tel procédé déloyal ». Les 35% de madeleinois ayant voté pour notre liste apprécieront de n’être réduits qu’à quelques électeurs crédules…

Selon la majorité municipale, l’opposition créerait des « polémiques politiciennes » (Janvier 2021) en référence à notre refus, en conseil municipal, de voter la baisse des subventions auprès des écoles de la Ville, qu’elles soient publiques ou privées.  Qualifier de « polémiques politiciennes » la position du groupe Agir pour l’avenir tenue en Conseil Municipal révèle le peu d’intérêt porté à la question des activités proposées par nos écoles. Qualifier de « polémique » le vote contre une baisse des subventions accordées à nos écoles, adoptée par la majorité municipale ne serait-il pas un moyen de détourner le regard de la question en elle-même ?

Lorsque que le groupe Agir pour l’avenir  fait part de son étonnement concernant le développement de la zone commerciale du quartier Saint Charles, et s’interroge sur la stratégie municipale qui indiquait au mandat précédent vouloir revitaliser la place du marché, le voila qualifié « d’Ignorance coupable » sans pour autant répondre à la question de fond…

« Indécence d’instrumentaliser à des fins polémiques et politiques le décès d’un cycliste en métropole lilloise »…. tels sont les propos de la tribune majoritaire pour qualifier une tribune sur la place des modes doux à La Madeleine dans laquelle nous avions rappelé la fragilité des cyclistes et piétons dans le rapport au partage de la route et sa nécessaire sécurisation. A cette occasion, nous avions souhaité rendre hommage à ce cycliste tué par un chauffard aux portes de La Madeleine. Cet hommage serait de l’indécence à des fins politiciennes ? Faut-il alors considérer les nombreux hommages de la majorité aux diverses victimes de faits divers ou du terrorisme comme des polémiques politiciennes ? En quoi les moments de recueillement proposés par le groupe  Agir pour l’avenir seraient  moins légitimes que ceux proposés par la majorité municipale ?

Les interrogations et demandes de précisions formulées par le groupe Agir pour l’avenir sur l’utilisation de l’armement des policiers municipaux nous valurent le qualificatif de « Voyage en absurdie » (novembre 2020). Est-ce absurde de s’interroger sur les équipements de nos policiers municipaux ?

La liste est longue et vous la constatez comme nous à chaque sortie de « Magdeleine ». De manière récurrente, depuis le mois de Mars 2020, la majorité tente de décrédibiliser la parole du groupe agir-avenir en pointant ici une supposée incompétence, des inexactitudes ou approximations, là une prétendue naïveté… sans pour autant répondre aux questions posées, sans débattre des propositions formulées… La majorité devrait pourtant savoir qu’il ne lui suffit pas d’énoncer un propos pour en faire la vérité absolue comme elle le fait régulièrement. Force est de constater que la définition, par la majorité, des propositions du groupe Agir pour l’avenir, relève systématiquement de la caricature, voire, flirte allègrement avec la fake-news, ce qui est dommageable pour la vie politique municipale.

Pourquoi la majorité ne répond-elle pas de manière factuelle sur ses choix politiques ? Pourquoi n’argumente-elle pas de façon constructive ? Le fondement de la démocratie est de pouvoir entendre plusieurs voix, et que les citoyens puissent apprécier, au regard d’argumentaires étoffés, les positions des uns et des autres. Concrètement, où sont les arguments de la majorité dans les réponses aux questions régulièrement posées par le groupe Agir pour l’avenir en conseil municipal ou dans les tribunes ? La majorité se cantonne systématiquement à des appréciations subjectives ou à des fins de non recevoir – « hors sujet ».

Enfin, il faut le reconnaitre, enthousiasmés par notre élan citoyen, nous n’avions pas imaginé que nos propositions et nos interrogations fassent l’objet de tant de dénigrement et surtout d’absence de débat respectueux et serein. Les Madeleinois n’ont certainement que faire du climat politique dans lequel nous évoluons et nous ne souhaitons pas entrer dans le jeu d’une bataille épistolaire dédiée à chaque propos discriminant asséné par la majorité. Il était toutefois nécessaire, après une année de mandat, de faire savoir aux Madeleinois que nous regrettons ce manque de considération et de respect de la majorité.

Cette attitude et cette posture ne font pas honneur, non seulement aux 35% d’électeurs que nous représentons, mais également à l’ensemble des Madeleinois qui attendent un débat démocratique renouvelé et empreint de respect mutuel. Notre engagement est de défendre les idées et valeurs contenues dans notre programme, et nous continuerons à porter cette voix dissonante auprès de l’assemblée municipale et dans nos tribunes, au risque que « les bras leurs en tombent » -entendu en Conseil Municipal – lorsque nous abordons des sujets que les représentants de la majorité n’avaient pas jusqu’ici pris en considération. C’est l’ADN de notre groupe, c’est notre raison d’être, pour « servir La Madeleine et l’ensemble de ses habitants ».