Comme nous pouvons le constater via de nombreux médias, la période de confinement que nous vivons est également une opportunité de s’interroger sur le monde d’après. Ce monde d’après le confinement il se réfléchit dès à présent afin d’être prêt à Agir.

Dans le monde entier, y compris en France, intellectuels, experts et maintenant politiques, prévoient, en lien avec les mesures de distanciation sociale, de travailler à des aménagements urbains favorisant les mobilités actives propices au respect des distanciation sociales.

De Montréal à Berlin, de nombreuses villes font le choix d’élargir l’espace dédié aux piétons et aux cyclistes afin de permettre ces distanciations sociales. En France, le Cerema, Etablissement Public de soutien aux politiques publiques a travaillé le sujet de la place du vélo en cette période de Covid.

Sur la Métropole Européenne de Lille, Martine Aubry a annoncé engager un travail avec la MEL et Damien Castelain ainsi que l’ADAV pour prévoir un plan de mobilité adéquat. Les maires ont la main sur leur programmation voiries. Il s’agit bien de travailler avec la MEL et les associations locales sur ces sujets. Mais le maire peut prendre l’initiative. Qu’attendons-nous à La Madeleine pour faire évoluer l’aménagement des pistes cyclables ?