• Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Actus

Le 29 juin 2020, le gouvernement s’est déclaré favorable au moratoire d’un an sur le développement des centres commerciaux en périphérie des Villes. Consommateurs d’espaces, initiés par de grands groupes et dédiés au tout voiture, ces espaces commerciaux ne correspondent plus aux enjeux de notre société ni aux aspirations des citadins. Ce modèle développé au siècle dernier ne trouve plus sa place à l’heure où les consom’acteurs privilégient les commerces indépendants, locaux et accessibles en milieu urbain dense.

Le discours de la majorité municipale durant le mandat écoulé laissait penser qu’un virage avait été opéré : donner une nouvelle impulsion à son cœur de ville, la place du marché, lisait-on dans le Magdeleine en 2017. Trois ans plus tard, la majorité salue la création d’un « Hameau commercial » sur des terrains de la Ville à la frontière marcquoise, où les automobilistes s’arrêteront désormais pour consommer. Celui-ci sera complété par l’implantation d’un supermarché sur la friche SNCF. Retour vers le passé ! Comment ne pas s’interroger sur l’anachronique développement de tels équipements commerciaux ?

Le tissu commercial madeleinois ne manque pourtant pas de dynamisme, les ouvertures commerciales récentes ont d’ailleurs trouvé leur public. Certes, il est vrai que le cœur de Ville et la rue Jeanne Maillote mériteraient d’être soutenus par une politique volontariste. Ça tombe bien ! La MEL développe depuis 2018 un dispositif « Ma boutique à l’essai » permettant d’accompagner les porteurs de projet dans le développement du commerce de proximité, malheureusement inutilisé par la Ville. Incohérence ou méconnaissance dans les stratégies retenues par la majorité ?

Nous nous étonnons de constater que la « nouvelle impulsion donnée au cœur de Ville » se traduise par le développement de zones commerciales périphériques.

Agir pour l’Avenir rappelle son attachement au commerce local et indépendant, créateur de liens et vecteur de mixité sociale et générationnelle, prolongeant l’espace public, la place du village, le fameux « cœur de Ville » tant attendu par les citoyens madeleinois.